En matière de RSE, il existe une grande diversité d’actions, qu’il est possible d’implémenter au sein de votre entreprise, et ces dernières peuvent porter sur des aspects complètement différents de votre activité. La cartographie de ces actions RSE envisageables est donc particulièrement complexe. Ainsi, il est possible de regrouper ces différentes actions au sein de “familles”, c’est-à-dire de rubriques, afin d’avoir une vision plus claire et synthétique des différents segments RSE dont la mise en place paraît la plus pertinente au regard des spécificités de votre entreprise.

Nous commencerons donc par un top 7 des “grandes familles” d’actions RSE, qui couvrent un champ très large de possibilités. Une fois ces grandes catégories listées, nous évoquerons individuellement d’autres actions, dont la nature plus singulière ne permet pas forcément de les regrouper entre elles.

Il est à noter que cette liste ne se veut pas exhaustive, mais qu’elle se présente davantage comme une synthèse des actions les plus fréquemment mises en place.

 
 
 

Top 15 DES ACTIONS RSE À METTRE EN PLACE AU SEIN DE VOTRE ENTREPRISE

1. Favoriser les déplacements décarbonés des salariés

La prise en compte des enjeux environnementaux de l’entreprise nécessite une vision globale de la question des émissions de CO2 et une adaptation de cette question à l’échelle de l’entreprise. Le secteur du transport est particulièrement émetteur de CO2, puisqu’il est est le deuxième contributeur de gaz à effet de serre, juste derrière la production d’énergie et d’électricité. Ainsi, favoriser des processus de mobilité décarbonée pour les différents collaborateurs paraît être une méthode efficace de réduction de l’empreinte environnementale de l’entreprise. Cela peut passer par la mise en place de covoiturage entre les salariés, ou bien des encouragements financiers à utiliser des modes de déplacements moins polluants que la voiture individuelle (bus, train pour les longues distances, vélo pour les courtes distances, etc). Ces incentives financiers peuvent aussi se matérialiser par le co-financement par l’entreprise d’un abonnement annuel aux transports, ou bien des aides à l’achat d’un vélo, éventuellement à assistance électrique.

2. Favoriser le télétravail

Cette catégorie est directement liée à celle qui la précède puisque la mise en place du télétravail permet entre autres de réduire drastiquement les trajets domicile-travail et donc l’empreinte carbone globale de l’entreprise.
Il convient tout de même de s’assurer que les externalités positives induites par la mise en place du télétravail ne sont pas compensées négativement par la hausse de l’empreinte numérique, liée à l’augmentation des visioconférences et des flux de mails.

3. Mettre en place une gestion écoresponsable des déchets d’entreprise

Il convient ici de s’arrêter sur un domaine un peu plus “technique” que les précédents, mais dont les pré-requis ne sont pas pour autant compliqués à mettre en place. Les bonnes pratiques de gestion des déchets générés par l’entreprise (de par les activités industrielles ou tout simplement les déchets des collaborateurs) sont un bon moyen d’améliorer l’empreinte environnementale de l’entreprise. Selon la nature de vos activités, plusieurs objectifs peuvent être atteignables. A minima, le tri sélectif des déchets doit être opéré. Mais cela ne suffit pas, une entreprise peut également viser un objectif “zero waste” en essayant de réduire drastiquement la quantité de déchets qu’elle produit. Enfin la mise en place de bac de compost est une autre bonne pratique permettant une dynamique positive et une valorisation des déchets biologiques

4. Mettre en place une gestion écoresponsable des consommations énergétiques

La chasse aux dépenses d’énergie superflues a non seulement le mérite d’être vertueuse d’un point de vue écologique, mais elle est également positive en ce qui concerne la réduction des dépenses de l’entreprise. Différentes actions peuvent être menées en la matière : opérer le choix de se tourner vers un prestataire “vert”, c’est à dire un fournisseur d’énergies renouvelables, ou encore beaucoup plus simplement réduire la consommation en eau, installer des éclairages LED, qui consomment beaucoup moins que les ampoules à incandescence classiques, et être particulièrement vigilant sur les consommations superflues (lumières qui restent allumées, ordinateurs en mode veille plutôt qu’éteints, etc.).

5. Entamer une rénovation énergétique des bâtiments

Cette action n’est pas la plus attractive car elle est perçue comme étant particulièrement coûteuse et “lourde” à mettre en place. Cependant, il convient de rappeler que c’est également l’une des actions dont les retombées seront les plus visibles, et qu’il existe des aides gouvernementales, notamment de l’ADEME, qui peuvent vous permettre de financer ces travaux à moindre coûts.
Encore une fois, l’objectif est double : faire baisser la facture d’énergie et réduire les consommations d’énergie du bâtiment.

6. Viser la compensation carbone

Très en vogue ces dernières années, le concept de compensation carbone désigne le processus consistant à tenter de contrebalancer ses propres émissions de CO2 en finançant des projets de réduction d’autres émissions, ou bien de séquestration de carbone, notamment en plantant des arbres.
Si cette solution a ses vertus, attention néanmoins à rester conscient de ses limites. En effet, cela peut renvoyer à un imaginaire trompeur en incitant à se défausser de ses propres obligations. Il serait nécessaire de plutôt parler de « contribution » à la compensation carbone, en ce sens qu’un projet de plantation d’arbres ne permet pas de compenser les émissions d’une entreprise à proprement parler, mais contribue à atteindre la neutralité carbone d’un territoire.

7. Mettre en place une gouvernance d’entreprise responsable

Même s’il s’agit du focus principal de notre top 7, il est nécessaire de rappeler que la RSE ne porte pas uniquement sur le volet environnemental, en ce sens que la terminologie de “responsabilité sociétale” recouvre également des aspects et des enjeux de nature sociale et éthique, notamment en matière de gouvernance responsable. Ainsi, plusieurs axes sont envisageables à l’aune de cet objectif. Il peut s’agir d’une meilleure répartition des dividendes, mais aussi d’un écart raisonnable entre la rémunération la plus élevée et la moins élevée dans l’entreprise. Au-delà de ces aspects, la promotion de l’égalité de genre, de la diversité, de l’équilibre vie privée / vie professionnelle (notamment par le respect du droit à la déconnexion) doivent être observées avec le plus grand soin.

Ces 7 grandes familles d’actions ne sont pas exhaustives, puisqu’il existe des centaines d’actions RSE envisageables, selon la nature de vos activités. Voici donc la suite de la liste, qui comprend quelques actions plus singulières.

8. Installer des ruches d’entreprises

Même si cela peut paraître surprenant, l’installation de ruches au sein de l’entreprise peut parfaitement s’intégrer dans la démarche RSE d’une entreprise. Les abeilles jouent un rôle particulièrement important en termes de biodiversité. Ainsi, en aidant les abeilles à polliniser les fleurs et les plantes, votre ruche contribuera à protéger l’environnement en favorisant la bonne santé de la biodiversité animale. Ce projet pourra également fortement fédérer vos équipes autour d’un projet à fort potentiel de cohésion.

9. Équiper les collaborateurs de smartphones reconditionnés

L’impact environnemental de l’industrie technologique est d’une ampleur phénoménale. La fabrication de ces produits nécessite par exemple l’extraction de terres rares, activité très contaminante notamment sur les ressources en eau. Le reconditionné se pose comme une alternative à la surproduction technologique. L’achat d’un terminal reconditionné pour les différents collaborateurs de l’entreprise évitera non seulement l’empreinte environnementale de la production, mais aussi celle de sa destruction.

10. Mettre en place et gérer un potager partagé d’entreprise

La mise en place d’un potager ou jardin partagé permet d’impliquer concrètement les collaborateurs et de les sensibiliser au développement durable. Les vertus de cohésion se doublent de vertus pédagogiques puisque le travail sur le potager sensibilise les collaborateurs de l’entreprise à une alimentation saine et peut contribuer à éveiller la conscience écologique (disponibilité des fruits et légumes selon les saisonnalités par exemple).

11. Former les collaborateurs aux enjeux RSE

La formation des collaborateurs de tous niveaux aux enjeux de la RSE constitue en soi une action RSE, en renforçant la dynamique collective autour de ces enjeux, en augmentant l’implication des salariés et en maximisant l’efficacité des actions mises en place dans ce domaine. La formation est également rendue nécessaire par la méconnaissance des sujets RSE. Ainsi, il est clair que la formation RSE des salariés elle-même doit être au cœur de la politique RSE de l’entreprise.

12. Créer des partenariats avec d’autres acteurs RSE

Il est possible de mettre en place des synergies en matière de RSE, en ce sens que la contractualisation de partenariats avec d’autres structures à haute valeur RSE permettra de partager les bonnes pratiques et de tirer les différentes entités vers le haut, en créant une dynamique positive d’émulation. N’hésitez donc pas à faire entrer la démarche RSE des entreprises prospectées par vos collaborateurs en charge des partenariats comme un réel facteur de décision de s’engager aux côtés d’une autre entreprise.

13. Candidater à une labellisation RSE

Voir vos efforts en matière de RSE récompensés par une labellisation est une belle réussite, qui permettra d’attester de votre responsabilité auprès de vos partenaires, mais aussi de tout votre écosystème et des différents acteurs qui entrent en ligne de compte dans votre champ professionnel. Beaucoup de labels différents existent, n’hésitez donc pas à défricher les différentes possibilités et à vous diriger vers un label qui correspond le mieux à vos valeurs d’entreprise.

14. Évaluer et agir sur votre empreinte socio-économique locale

Votre entreprise a un impact sur le territoire dans lequel elle s’insère. Cet impact est notamment lié à la création d’emploi, au paiement de taxes ou encore aux liens faits et contrats passés avec les autres entreprises du territoire. L’entreprise contribue donc au développement socio-économique du territoire. Ainsi, il est possible de mesurer son empreinte socio-économique sur un territoire donné, pour ensuite identifier les leviers potentiels de son optimisation.

15. Mettre en place un budget dédié RSE

Les différentes actions listées ci-dessus nécessitent évidemment la mise en place d’un budget dédié suffisamment conséquent pour pouvoir financer des actions de qualité. Plus la part allouée à ce budget sera élevée, plus les actions RSE mises en place pourront être ambitieuses, trouver une résonance chez le maximum de salariés possibles. N’hésitez donc pas à y consacrer une part importante.